Imprimer cette page
lundi, 10 mars 2014 21:28

Journée Internationale de la Femme : Des organisations féminines haïtiennes réclament justice pour les femmes Spécial

Des participantes au jardin du GARR, le 7 mars 2014. Des participantes au jardin du GARR, le 7 mars 2014. Photo: Josué Michel

«Kreye bon jan kondisyon pou fanm yo jwenn jistis, se yon gwo pa sou chemen egalite fanmak gason.», c’est autour de ce thème que le GARR et le Regroupement des Conseillers  et Conseillères pour le Changement de Comportement (RECOCC) ont organisé une séance de réflexion à Port-au-Prince, le 7 mars 2014. Cette activité a été réalisée en prélude à la célébration de la Journée Internationale de la Femme commémorée chaque 8 mars à travers le monde. Mise en contexte historique, exposé, échanges, chants, déclamation de textes, recommandations, tels ont été entre autres les différents aspects retenus pour rehausser l’éclat de cette importante journée.

 

Au jardin du GARR, le public qui était composé en majorité de femmes déplacées, se montrait très enthousiaste dans la lutte contre l’inégalité des femmes par rapport aux hommes.  Lulia Lubin,  représentante d’une organisation féminine a créé l’ambiance avec des chants relatifs au respect des Droits de la Femme tout en mettant en valeur les femmes haïtiennes.

L’animatrice du GARR, Sanièce Petit-Phat qui faisait une brève historique de la Journée Internationale des Femmes,  a salué les multiples efforts déployés par les vaillantes femmes qui, selon elle, ont fait de cette journée ce qu’elle représente aujourd’hui dans la lutte pour le respect des droits des femmes.

Mme Petit-Phat a appelé aux participantes, issues pour la plupart d’organisations féminines, à poursuivre la lutte pour que l’égalité entre les femmes et les hommes devienne une réalité en Haïti.

« A l’instar des féministes qui ont combattu sans relâche pour le respect des droits des femmes,  vous devez continuer à  lutter pour briser cette inégalité sociale existant entre les hommes et les femmes dans le pays.», a-elle déclaré.

Intervenant en la circonstance, la Chargée de la promotion et de la protection des Droits Humains du GARR, Louna François a plaidé pour de meilleurs mécanismes dans les instances judicaires en Haïti favorisant l’accès des femmes à la justice, notamment celles qui sont victimes de violences.

La juriste qui en a profité pour rappeler que les femmes n’obtiennent pas justice parfois en raison de leur sexe, a invité les participantes à ne pas avoir peur de revendiquer leurs droits quand elles sont victimes de violences.

« La violence sous quelle que forme qu’elle apparaisse est condamnable et doit être punie. Vous devez toujours défendre vos droits quand vous en êtes victimes.», a-t-elle indiqué.

Des chants et des textes valorisant la contribution des femmes haïtiennes dans la famille et la société en général ont été mêlés de la partie.

Au terme de la journée, les participantes ont formulé certaines recommandations relatives au respect des droits des femmes en Haïti. La création d’emplois au profit des femmes, la mise en place des magistrats sensibilisés au respect du droit de la Femme, la formation du personnel de la justice relative à la violence faite aux femmes, l’abrogation des lois discriminant les femmes, la création de nouvelles lois contre l’harcèlement sexuel, la mise en place d’un fonds disponible à l’assistance légale féminine, la mise en œuvre des programmes de sensibilisation au bénéfice des femmes figurent parmi ces recommandations.

 

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le lundi, 10 mars 2014 21:47

Media

blog comments powered by Disqus