31 May, 2020
jeudi, 22 décembre 2005 13:36

La Journée Internationale des Migrants célébrée en Haïti sous le signe de la Solidarité avec le Père Pedro Ruquoy

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés(GARR) a célébré, le dimanche 18 décembre 2005, Journée Internationale des Migrants-antes, avec une activité culturelle en hommage au père Pierre Ruquoy, défenseur infatigable des immigrants-es haitiens en République Dominicaine.Pour la circonstance, une exposition de photos sur divers aspects de l’œuvre du prêtre en faveur des migrant-es haïtiens-es, spécialement ceux et celles des bateys, a été présentée.Au cours de cette activité, qui s’est déroulée devant le local du GARR sis à la 1ère ruelle Rivière, plusieurs personnes ont pris la parole sur le sujet de la migration. Le responsable de l’Assistance Légale au GARR, Bruno Deceukelier, a fait l’historique de la Journée de Solidarité avec les Migrants-antes, célébrée pour la première fois le 18 décembre 2000, suite à une décision des Nations Unies. Il a insisté sur la nécessité pour Haïti et la République Dominicaine de ratifier la Convention Internationale pour la Protection du Droit des Travailleurs Migrants et leur Famille, en vigueur depuis l’année 2003. De son coté, Mme Lisane André, responsable de la Section Communication et Plaidoyer au bureau du GARR, a fait un large exposé sur les grands moments de solidarité ayant marqué l’histoire récente des relations haitiano-dominicaines. Elle a déclaré que malgré la situation de tension dans ces relations, la solidarité pour la cause des migrant-es est toujours d’actualité. «Â Le plus difficile vient du côté des deux Etats qui n’ont jamais manifesté une volonté réelle pour gérer le dossier migratoire, dans l’intérêt de la majorité », a-t-elle indiqué.Mme Brigitte Canois, représentante du Sant Pon Ayiti, une organisation fondée par le père Pedro Ruquoy, à travers ses propos, a aidé le public à découvrir le personnage, sa contribution dans l’amélioration du sort des migrants-es et des paysans pauvres et ses efforts pour construire des liens véritablement fraternels entre les deux pays. Elle a aussi mis l’accent sur les manœuvres perfides et les menaces du secteur ultranationaliste dominicain qui a forcé Pedro à quitter le pays après 30 années de pastorale. La représentante du Sant Pon Ayiti a invité toutes les personnes vivant sur l’île à aider à la sauvegarde et à la consolidation du travail du père Ruquoy.Le représentant de l’Office de Protection du Citoyen (OPC), M. Woldson Bertrand, a parlé des migrants-es haïtiens-nes vivant dans d’autres pays. Il a insisté sur la nécessité d’établir de bonnes relations entre ceux vivant en Haïti et ceux qui sont à l’extérieur dans la perspective d’améliorer l’image du pays et de travailler à son développement. Il pense que le domaine culturel constitue un moyen efficace pour relever l’image d’Haïti.Plusieurs personnes présentes à cette activité culturelle, en ont profité pour apposer leur signature dans le registre d’hommage au Père Ruquoy, lequel registre a été ouvert depuis novembre 2005 pour recueillir des remerciements à l’endroit du prêtre pour son travail colossal en faveur du respect du droit des immigrants haitiens, ainsi que pour l’amélioration des relations entre les peuples dominicain et haïtien.Les activités qui ont commencé vers les 3 heures de l’après midi, se sont poursuivies jusqu’au début de la soirée dans une ambiance de fête avec plusieurs groupes qui ont amusé le public, comme le groupe Bazilo Djakata dirigé parle chanteur Zao, le Club Taïno formé d’un groupe d’enfants qui ont présenté une pièce de théâtre sur les relations haïtiano-dominicaines, le groupe culturel TAEK qui a gratifié le public d’une pièce sur le trafic et la traite de personnes et le chanteur Jean Robert Jean-Louis qui a fait une belle prestation en présentant au public un répertoire de musique engagée.
blog comments powered by Disqus
Dernière modification le samedi, 01 janvier 2000 00:00

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle