29 May, 2020
mercredi, 11 janvier 2006 16:13

Le gouvernement haïtien et l'OIM lancent un Groupe de Travail sur la Gestion de la Migration

Les activités de ce groupe de travail ont été inaugurées officiellement le mardi 9 janvier 2006 au local de l’Organisation Internationale de la Migration (OIM) en présence de l’ex-ambassadeur haïtien en République Dominicaine, M. Guy Alexandre qui remplaçait le Premier Ministre Gérard Latortue empêché, de M. Wilbert Dauphin, Directeur Général de l’Office National de la Migration (ONM), des représentants de plusieurs ministères, du GARR et de la presse. L’initiative supportée par l’OIM vise à renforcer la capacité du gouvernement haïtien pour définir des mécanismes de gestion de la migration et formuler des accords bilatéraux avec des pays qui reçoivent dans la région des flux importants d’immigrants haïtiens, tels que la République Dominicaine, les Bahamas, les Iles Turcs & Caicos et les Antilles françaises.«Â La migration non régulée a des coûts sociaux, financiers et politiques pour l’individu de même que pour les gouvernements et la société. En conséquence, toute discussion concernant une meilleure gestion de la migration de main-d’œuvre doit adresser le défi pressant de démanteler les réseaux criminels transnationaux impliqués dans la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants », a souligné Maureen Achieng, Cheffe de Mission de l’OIM en Haïti. Mme Achieng a beaucoup insisté sur la nécessité pour les pouvoirs publics de prendre en charge la gestion de la mobilité de leurs citoyens afin de pouvoir défendre leurs droits et d’éviter qu’ils ne tombent pas dans le piège des réseaux de mafias. Selon elle, cette gestion implique «Â une amélioration des capacités des acteurs nationaux et la signature, entre les Etats, d’accords bilatéraux qui tiennent compte des spécificités des pays d’envoi et de réception».Pour Guy Alexandre, le gouvernement haïtien apprécie cet appui de l’OIM qui vient à point nommé, dans un contexte marqué par des difficultés avec des pays voisins, lesquelles ont comme source la gestion de la migration et de la main d’œuvre. «Â Le caractère non formel, irrégulier et non contrôlé de la migration haïtienne entraîne des difficultés avec nos voisins qu’il convient de régler. Pour cela, il faut renforcer la capacité de l’Etat à mettre en place des procédures pour réguler notre migration », a déclaré l’ancien ambassadeur.Intitulé «Â Renforcement des Capacités du Gouvernement haïtien à formuler des accords bilatéraux avec les pays qui reçoivent des travailleurs migrants haïtiens », ce projet a été conçu par l’Office National de la Migration(ONM) en collaboration avec l’OIM. Le groupe de travail, composé des représentants des Ministères des Affaires Etrangères, de la Justice, des Haïtiens Vivant à l’Etranger, de l’Intérieur, des Affaires Sociales, de l’ONM, de la Planification et de la Coopération externe et d’acteurs non gouvernementaux dont le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR), a un délai de 7 mois pour produire un document présentant des recommandations au gouvernement haïtien en vue d’une meilleure gestion du flux migratoire.
blog comments powered by Disqus
Dernière modification le samedi, 01 janvier 2000 00:00

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle