29 May, 2020
mercredi, 18 août 2010 10:32

S’unir pour suivre l’exemple victorieux des ancêtres migrants

Victimes de migrations forcées commises par les colonisateurs européens à travers le continent africain, des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont été débarqués sur cette terre d’Haïti, en provenance, entre autres, du Dahomey, de la Guinée, du Niger, du Sénégal, du Mozambique, du Nigéria. Leur avenir était tout tracé : bêtes de somme du lever au coucher du soleil. Mais, un jour, un 14 août 1791, ils se sont unis pour renverser l’ordre colonial et revendiquer leur dignité d’êtres humains. Cet esprit d’entente doit inspirer notre conduite aujourd’hui, selon l’Ati national, Max Beauvoir.{La réunion du Bois Caïman reste le fondement de la société et de la nation haïtienne,} a affirmé l’Ati au cours d’un exposé prononcé le 12 août 2010, au siège du Ministère de la Culture et de la Communication, à Port-au-Prince. Il a rappelé au passage la longue résistance à laquelle se sont heurtés les colonisateurs. Au départ de l’Afrique comme à l’arrivée sur l’ile d’Haïti, des hommes et des femmes ont résisté au péril de leur vie. A côté de ceux et celles qui ont pu être déportés, d’innombrables africains-es ont préféré mourir plutôt que d’être arrachés à leur terre. Le conférencier a également cité l’exemple de Mackandal et d’autres dont les révoltes, dans la colonie, ont été réprimées dans le sang, avec un lourd bilan de plusieurs dizaines de milliers de morts.Le Congrès du Bois Caïman se situe dans le prolongement de tous ces refus et révoltes contre l’oppression des colons esclavagistes. 201 personnes ont pris part à ce congrès, précise Max Beauvoir, ajoutant que, contrairement à une idée largement répandue, {aucun cochon n’a été sacrifié en la circonstance.}Le conférencier relève, en outre, un fait significatif lié à la traite des esclaves à Saint-Domingue : {A dater de la mi-août 1791, on observe un net arrêt dans le débarquement de nouveaux esclaves dans la colonie.}Par ailleurs, l’Ati national a soutenu que Bois Caïman n’était pas un Congrès limité aux révoltés-es du Nord. Certains-es sont arrivés du Sud du pays comme Joseph Dragon de l’Asile et Venette Desruisseaux de Carrefour Desruisseaux.{Nous sommes faibles parce que désunis-es et nous devenons une proie facile pour les étrangers qui nous dictent leurs quatre volontés}, déplore le conférencier. {Au demeurant, poursuit-il, nous n’avons pas besoin de milliards ; ce dont nous avons besoin réellement, c’est d’établir entre nous la confiance}. Max Beauvoir a émis le vœu que cette confiance s’installe pour de bon, {nous pourrions ainsi, dit-il conjuguer nos forces et rien ne pourra nous arrêter sur la voie de la reconstruction de la nation.}Cet exposé de l’Ati National a été précédé de l’intervention de la Ministre de la Culture qui a annoncé la création d’un Fonds d’Appui aux chanteurs et chanteuses. Le premier contributeur de ce Fonds, le journaliste Gary Pierre Pierre résidant aux Etats-Unis d’Amérique, a précisé que le montant de sa contribution, fruit d’une collecte, s’élève à cinq mille dollars américains.L’activité avait débuté par un chant-hommage au rassemblement du Bois Caïman repris à l’unisson par les participants-es.
blog comments powered by Disqus
Dernière modification le samedi, 01 janvier 2000 00:00

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle