23 Jan, 2020
mercredi, 05 août 2015 21:17

949 rapatrié(e)s et 7679 cas de retours dit volontaires ont été enregistrés pour le mois de juillet 2015 Spécial

Des rapatrié(e)s au bureau du GARR à Belladère Des rapatrié(e)s au bureau du GARR à Belladère Photo : Thierry Dutoit

Les rapatriements continuent  au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine. Pour seulement le mois de juillet de 2015, on a enregistré un total de 949 rapatrié(e)s  et de 7679 de ressortissant(e)s haïtiens qui ont laissé  le territoire dominicain.

Les 949 rapatrié(e)s se repartissent en 493 hommes, 336 femmes, et 120 enfants. Ces données sont collectées pour 6 communes  frontalières.

La commune d’Ouanaminthe vient en première position avec 64.4% des rapatriements pour le mois de juillet 2015. Les femmes migrantes rapatriées représentent environ 46.7% soit un total de 286 personnes rapatriées.

La commune de Belladère arrive en deuxième position avec un total de 23.18% soit 223 personnes rapatriées. Les autres communes telles que : Ganthier, Cornillon, Fonds-Verettes, et  Lascahobas viennent après avec deux fois moins de cas de rapatriements que les deux premières.

Les ressortissants haïtiens rapatriés, en majorité des travailleur (euse)s  agricoles, vivaient dans des provinces dominicaines telles que Azua, San Juan de La Maguana, Barahona, Monte Cristi, etc. Bon nombre d’entre eux/elles se livraient à la cueillette de tomate.

Selon le constat du GARR qui continue de fournir son assistance aux migrant(e)s rapatriés, ces dernier(e)s reviennent avec les poches vides alors qu’ils/elles travaillaient depuis de nombreuses années sur le territoire dominicain. Plusieurs ont témoigné avoir été rapatriés sans recevoir leurs salaires des employeurs ou propriétaires de fermes dominicains.

Pour les cas de retours dit volontaires, l’institution de défense et de promotion des droits des migrants a enregistré pour les communes de Ouanaminthe, de Ganthier et d’Anse-à-Pitre, 7679 cas dont 3405 Hommes, 3557 femme et 717 enfants. Ils ont indiqué avoir laissé le territoire dominicain par peur d’être rapatriés de force ou d’être victimes de répressions de la part de civils dominicains. Originaires en majorité des départements du Nord, du Centre et de l’Artibonite, ces ressortissant(e)s haïtiens ont pu regagner leur zone d’origine.

Ce mois-ci, le GARR n’a pas enregistré des cas de rapatriements pour les autres communes, notamment Thomassique et Savanette. Ces données ont été collectées avec le support des organismes partenaires dont le RFJS.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mercredi, 05 août 2015 21:53

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle