31 May, 2020
mercredi, 27 avril 2011 16:43

Le GARR exhorte les autorités à garantir les droits à la vie et à la sécurité des citoyens et citoyennes à la frontière

Suite à la publication des résultats du second tour des élections législatives et sénatoriales par le Conseil Electoral Provisoire, le 20 avril 2011, la ville frontalière de Belladère a été le théâtre de violents incidents au cours desquels des atteintes à l’intégrité physique et à la vie ainsi que des pertes matérielles ont été enregistrées.Bilan : un mort et trois personnes brulées, la régie de la ville, un ensemble de bâtiments appartenant au Ministère de l’Agriculture et des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) remontant à plus d’un demi-siècle, a été la proie des flammes. Ces bâtiments abritaient entre autres, le consulat dominicain, deux résidences de Zanmi lasante, l’ancien local d’OXFAM, un auditorium. Le tribunal de paix ainsi que le bureau de l’ancien député n’ont pas été épargnés.Hier encore, une certaine tension régnait dans cette communauté frontalière où de nombreux défis restent encore à relever : insuffisances des services de base, des infrastructures routières, manque de moyens et d’accompagnement de l’Etat central. Un accompagnement dont l’urgence se fait sentir au quotidien au regard d’une meilleure gestion du portail frontalier de Belladère/Elias Piña, par où arrivent chaque année, des milliers de rapatriés de la République Dominicaine, totalisant entre 50 à 70% de tous les rapatriements. Outre Belladère, des incidents déplorables ont été également enregistrés dans la ville voisine de Lascahobas et en plusieurs points à travers le territoire national. Il est regrettable qu’un an après le séisme dévastateur du 12 janvier, l’heure ne soit pas à la conjugaison intelligente de toutes nos forces à travers Haïti, pour reprendre confiance en l’avenir.Malheureusement, les voix dont celle du GARR qui avaient appelé l’Exécutif haïtien et la Communauté internationale à prioriser un consensus inter-haïtien autour d’objectifs communs concrets avant toute démarche vers des élections, n’ont pas été entendues. Tout en exprimant ses profondes sympathies aux victimes et à leur famille, le GARR saisit l’occasion pour exhorter les responsables à garantir le droit à la vie et à la sécurité de la population comme l’exigent les prescrits constitutionnels. Il exhorte les citoyens-citoyennes qui s’estiment lésés à travers les résultats électoraux à exprimer leurs réclamations de manière pacifique, sans mettre en péril ni la vie de frères et sœurs haïtiens ni notre patrimoine bâti et nos infrastructures routières, sanitaires et judicaires déjà fragiles et nettement insuffisantes. Il encourage en outre les autorités judiciaires à mettre l’action publique en mouvement contre les auteurs, co-auteurs et complices de cette nouvelle tragédie. Etre lésé dans ses intérêts ne donne nullement le droit à la personne concernée de mettre en péril la vie des gens et les biens publics.
blog comments powered by Disqus
Dernière modification le samedi, 01 janvier 2000 00:00

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle